POKHARA : À L’ASSAUT DE LA CHAÎNE DES ANNAPURNAS… (OU PAS)

« 25 jours de chill à Pokhara »

Après quelques jours passés à Kathmandu et dans sa vallée, il est temps pour nous de partir en quête de nature, de montagnes enneigées et d’activités sportives ! Parés de bon matin, nous montons dans le bus à la Tourist park de la capitale direction Pokhara. Nous ne le savons pas encore, mais la route qui nous attend est des plus chaotiques. Pourtant, c’est dire qu’on en a vu des routes en mauvaise état mais là… 8h plus tard et 240 kilomètres nous arrivons enfin ! 🙂

Pokhara, 2e plus grande ville du Népal, est un haut lieu touristique connue pour être le point de départ de nombreux treks (dont celui de Poon Hill, du Sanctuaire ABC ou encore du Tour des Annapurnas). Au-delà de son attractivité pour les treks, elle est un également un endroit plein de zénitude où il fait bon vivre. Notre première rencontre avec le Lac Phewa qui offre une vue superbe sur les quelques sommets enneigés des Annapurnas nous fait rapidement oublier la galère du transport.

Pour notre première arrivée à Pokhara (et oui car il y en aura plusieurs, le barbu a des rendez-vous avec le dentiste de Kathmandu), nous avons décidé d’y rester 2-3 jours le temps pour nous de préparer consciencieusement notre trek en solo pour le Tour des Annapurnas (7-8 jours de treks) et bien évidemment de retrouver Jonas et Anne, le couple de Suisses rencontrés au Laos pour boire une petite bière Gorkha ! Malheureusement dès le premier soir, le destin en aura décidé autrement… Je serai malade toute la nuit, suivi une journée plus tard, par le barbu. Le trek que nous effectuerons sera seulement celui de notre lit aux toilettes ! Enjoy le Népal. Au total on sera restés 10 jours quasi alités (elle est là l’activité sportive dont nous rêvions ^^). Nous quittons Pokhara avec un petit goût d’amertume mais nous ne nous avouons pas vaincu !

5 jours plus tard, une fois les rendez-vous passés, il nous reste plus que 6 jours pour profiter du Népal avant de nous envoler pour le Sri Lanka. Ni une ni deux, nous décidons de tenter notre chance pour le trek de Poon Hill (faisable en 3-4 jours). De retour à Pokhara nous passons une nuit dans notre top guesthouse et partons de bonne heure pour nous rendre à la station de bus Baglung d’où part notre bus qui nous mènera à Nayapul, point de départ de ce trek de 3 jours. Ouhouh on est trop contents on va enfin marcher !!!!!! Bin oui quand on vient au Népal c’est pas vraiment pour faire bronzette et manger des glaces toute la journée.

Pour cette première journée, il faut compter entre 5h à 7h de marche (en fonction de votre endurance et des temps de pause) pour atteindre le 1er village étape nommé Ulleri. Après un petit orage pris sur la tête 30 minutes avant d’arriver, nous trouvons un logis chez Hilltop lodge avec une chambre tout confort, vue sur la vallée et sur un des monts enneigés. On a hâte de continuer 🙂 . Mais là encore le destin va se jouer de nous… Après une bonne douche et un peu de repos, le barbu est frappé d’une forte fièvre qui ne va pas en s’améliorant. Et forcément comme nous sommes les rois de l’organisation (un comble pour des gens qui travaillent dans l’événementiel ^^), on a prévu une petite trousse à pharmacie mais tellement petite qu’on a rien pour soigner le malade. Du coup, je pars à la quête de médicaments dans le village, tout est fermé, donc je commence à faire la tournée des guesthouses dans l’espoir de trouver des trekkeurs mieux équipés que nous. BINGO !! Je tombe sur Julia et Rodriguo, deux brésiliens, qui me donnent de quoi doper le barbu. Malheureusement au petit matin, la situation ne s’est pas améliorée, on dirait même qu’elle s’est empirée.

Réfléchissons, plusieurs choix : rester ici et attendre (pas sûr que ça soit une bonne chose), héliporter le barbu (qu’est ce qu’il faut pas faire pour un tour en hélico ^^) ou le porter jusqu’en bas (j’aurai du me remettre au TBC avant de partir). Finalement avec une bonne dose de courage, nous commençons la redescente vers le village départ. Nous marchons pendant 30 minutes avant de tomber, par hasard, sur une piste (et oui la veille nous n’avons rien vu étant donné que nous étions dans le brouillard) où une Jeep attend de trouver preneur pour entamer sa descente. Alléluia dans ce malheur on a un peu de chance !! Bon après une courte négociation sur le prix, on commence à descendre jusqu’à Nayapul où un taxi nous attend pour nous amener à la clinique internationale de Pokhara ! Alors on vous disait que la route Pokhara – Kathmandu était chaotique et bien ça, c’était avant de faire celle de Ulleri – Nayapul en Jeep. Le barbu s’en rappelle… Un long moment de solitude !

De retour à Pokhara en un temps record (on n’avait plus pris de transport aussi rapide depuis le RER B Gare du Nord – Aéroport Charles de Gaules 😉 ) et un examen médical plus tard, le verdict tombe ! Le barbu sera hospitalisé 2 jours pour soigner une grosse infection bactérienne, on a bien fait de rentrer !

Pour assurer le coup et être au top de notre forme pour notre trip en Nouvelle-Zélande, nous décidons de chambouler nos plans. Nous reportons notre vol pour le Sri Lanka et restons deux semaines de plus au Népal pour requinquer le malade. Un mal pour un bien car en ce moment le Sri Lanka est touché par la mousson et fait face à d’importantes inondations qui affectent une partie du pays. Du coup, nous y resterons seulement deux jours afin de prendre notre vol pour la Nouvelle-Zélande.

Nous laissons au placard notre costume de backpackers et restons au calme à Pokhara entre lectures, films, siestes, balades au bord du lac et découverte de la gastronomie… À défaut d’avoir mangé népalais et dans nos boui-boui habituels, nous faisons une entorse et découvrons les nombreux restaurants occidentaux. Nous pensons aujourd’hui, pouvoir établir un guide des meilleurs lieux pour vous régaler 😉 .

Là encore, la santé n’étant pas au top, nous n’avons pas vu grand chose des alentours de Pokhara mais les activités ne manquent pas ! Vous pourrez par exemple vous rendre au World Peace Pagoda, à Sagarkot ou dans le Old Pokhara. Il est également possible de louer des vélos pour une balade autour du lac ou pour ceux qui préfèrent les activités nautiques, de louer un paddle ou un kayak pour une vue imprenable du lac sur les montagnes !

10 jours qui seront passés à la vitesse d’un éclair et qui finalement nous aurons fait le plus grand bien. Ce n’est que partie remise, Nepal : we will be back !!

OÙ MANGER  & BOIRE ?

  • God father’s pizza : après notre pizzeria en Birmanie, nous avons encore cédé à la tentation et nous n’avons pas été déçus. Un petit goût d’Italie dans nos assiettes pour un super prix !
  • Rosemary Kitchen : le number one de tripadvisor. Alors oui, les prix sont un peu plus élevés qu’ailleurs mais les plats sont juste superbes tant au niveau du goût que de l’esthétique.
  • New Marwadi Restaurant : retour en Inde. On y a retrouvé les saveurs indiennes. Bons plats pour un bon rapport-qualité prix.
  • Potala Tibetan Restaurant : restaurant tenu par une famille népalo-tibétaine. Le papa en cuisine nous a concocté un repas riche pour les trekkeurs. Prix doux assurés !
  • OR2K : notre cantine au cours de notre séjour à Pokhara. Vous y trouverez de quoi satisfaire vos envies (cuisine italienne, française, népalaise, indienne…) avec une vue imprenable sur le lac Phewa. Nous vous le recommandons également pour leurs copieux petits-déjeuners.
  • Himalayan java coffee : le roi du café népalais. Un haut lieu de squattage, situé un étage en dessous d’OR2K. Les cafés et le personnel sont au top.
  • Pho 99 : à défaut d’être allés au Vietnam, nous y avons voyagé par sa cuisine. Un Pho à tomber par terre. Vous pouvez y aller les yeux fermés.
  • Moondance : notre deuxième cantine au cours de notre séjour. Là encore, la variété des plats devrait vous satisfaire. Un bon rapport qualité-prix.
  • Bamboo bar : idéal pour boire un verre presque les pieds dans l’eau. La vue sur le lac est magique !
  • Juicery Cafe : l’un des meilleurs petits-déjeuners que l’on ait pris. Le pain perdu et le muesli sont exceptionnels.

OÙ DORMIR ?

  • Sacred Valley Inn : notre nouvelle maison. L’équipe est super, les petits-déjeuners sont très bons et à prix doux et les chambres sont simples et très bien entretenues. Comptez environ 7$ pour une chambre avec salle de bain commune et 11$ (avec négociation) pour une chambre avec salle de bain.
  • Harvest Moon GuestHouse : malgré de très belles chambres, l’endroit est éloigné du lakeside et un peu cher pour notre budget backpacker.

ASTUCES

  • Office de l’immigration : si comme nous vous êtes à Pokhara et souhaitez prolonger votre séjour au Népal sans passer par Kathmandu, c’est possible. Il vous faudra : pré-remplir le formulaire en ligne sur ce site sans oublier de l’imprimer et en emportant une copie de votre passport et de votre visa népalais . Puis il vous faudra vous rendre à l’office de l’immigration (y aller avant 15h -15h30). Pour une prolongation de 15 jours comptez 30$.
  • Nepal Tourism Board : si vous n’avez pas eu le temps de faire les papiers pour partir en trek à Kathmandu pas de panique, vous pouvez le faire à l’office de Pokhara. Pour préparer votre trek vous aurez besoin de faire votre Tims ( qui correspond au permis de trek) et en fonction de la zone choisie d’un droit d’entrée dans l’un des spots. Comptez 2000 roupies chacun et n’oubliez pas d’apporter deux photos d’identités par document.
  • Pour vous rendre à Pokhara et Kathmandu, les bus partent respectivement dans chaque ville de la tourist bus park. De Kathmandu à Pokhara les bus partent à 7h et ceux de Pokhara vers Kathmandu partent à  7h30. Comptez au minimum 7h30 de trajet.
  • Les bus au départ pour Nayapul se font à Baglung Bus park de Pokhara. Vous pouvez également prendre un Taxi pour environ 1500-2000 roupies.

  3 Replies to “POKHARA : À L’ASSAUT DE LA CHAÎNE DES ANNAPURNAS… (OU PAS)”

  1. delpierre yves
    24 juin 2017 at 14 h 55 min

    Bonjour à vous deux.

    Je viens de lire et de voir l’intégralité de votre site. Beaucoup de travail :FÉLICITATIONS .Bonheurs ,émotions et nombreuses leçons de vie que vous nous faites partager et aussi les nombreuses nouvelles connaissances .
    MERCI.
    Papa.
    « Ce ne sont pas les occasions de s’émerveiller qui manquent mais les émerveillés « 

  2. Cbx
    24 juin 2017 at 18 h 55 min

    C koi le TBC ?

    • Pauline
      25 juin 2017 at 0 h 02 min

      Alors TBC pour top body challenge ! un programme inventé soi disant pour avoir le ventre plat et des fesses en béton, un vrai supplice 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *